L'INGENIEUR ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Ph Dondon © Copyright  2001

 retour page accueil Ph.Dondon


Développement durable : concept philosophique fumeux et utopique ou bien réalité de demain ?

Hélas, la question ne se pose pas tout à fait dans ces termes. Nous n'avons pas le choix. L'avenir de la planète et donc celui de l'être humain est en jeu. Un changement radical est nécessaire pour assurer la survie de notre monde. Tel est le formidable enjeu pour lequel les générations présentes et futures doivent consacrer toutes leurs énergies. Tout le reste n'est que pure occupation mesquine et médiocre de l'esprit humain.

Si l'être humain n'élève pas son niveau de conscience et de responsabilité, la Nature nous y contraindra de gré ou ou force. D'ailleurs, les changements climatiques ne seraient- ils pas les prémices d'une grande remise en ordre de la planète ?


  • Quelques chiffres éloquents

Entre 1930 et 1990, l' extraction d'aluminium a été multipliée par 118 ! celle du nickel par 40. Chaque année 400.000 km2 de forêt disparaissent. Outre cette perte séche en biodiversité végétale et animale, la déforestation en région tropicale provoque le lessivage des sols par les pluies et la remontée de sels minéraux qui forment une croûte rouge (connue sur le nom de latérite) qui rend les terres stériles... Depuis 18.000 ans (dernier âge glaciaire) le taux de CO2 dans l'atmosphère n'a jamais dépassé 280 ppm. Or, sur les derniers 20 années seulement, il est passé à 360 ppm ! Que dire des ressources en eau douce et de la mer d'Aral (ancien quatrième réservoir naturel du monde) asséchée par la volonté des hommes et transformée aujourd'hui en désert ? L'épaisseur de la calotte glaciaire arctique est passée de 3m à 2,50m en seulement 10ans ! Depuis le remembrement des campagnes françaises qui a conduit à la destruction des haies et de leur faune pour regrouper les parcelles et augmenter la taille des exploitations, le recours aux engrais chimiques et aux pesticides s'est démultiplié : les cultures intensives sont naturellement plus vulnérables aux parasites. La pollution des nappes phréatiques se généralise alors même que les besoins en eau potable ont triplé depuis 1950...50 % des poissons pêchés avec les filets pélagiques qui ratissent le fond, sont rejetés morts à la mer pour non conformité avec la législation : quel gâchis !. En 2010 : malgré le protocole de Kyoto, les émissions de gaz à effet de serre ont continué d'augmenter (30 gigatonnes eq CO2).

 

Alors n'est il pas temps de faire quelque chose ?


  • Mais qu'est ce que le "Développement durable" ?

C'est un concept né voici quelques années, et qui repose sur quelques considérations de bon sens que bien des tribus améridiennes et africaines appliquaient déjà sans le savoir il y a fort longtemps.

L'homme n'est pas au-dessus, ni à côté de la Nature. Il en fait partie intégrante. Il n'est qu'un maillon de la grande chaine de la vie. Comme toute espèce vivante, son destin est étroitement lié à celui de toutes les autres végétales et animales. Toute action engagée par lui doit donc s'inscrire dans le respect de l'ensemble du monde vivant et par conséquent dans le respect de lui même puisqu'il fait partie du Tout.

S'agit il pour autant de retourner à l'âge de pierre et metttre en oeuvre le mythe du bon sauvage en niant tout progrès ? Non, en aucun cas, car dans le concept, il y a la notion de développement d'une part et de durabilité d'autre part.

D'ailleurs, en ayant présent à l'esprit les citations qui suivent, vous aurez compris l'essentiel :

"L'Emerveillement est le premier pas vers le Respect." N. Hulot

"Nous empruntons la Terre à nos enfants" (Avons nous le droit de leur laisser une poubelle ?  A. de Saint Exupéry)

"Le progrès ne vaut que si il est partagé par tous"... (EDF)

"Produire plus est une nécessité mais sauvegarder l'environnement est vital"... (EDF)

"Nous sommes des citoyens du monde"

(Voilà qui remet en cause notre individualisme et notre égoisme grandissant de ce début de siècle !)

"De quel droit bétonnez-vous et bitumez-vous la Terre? Vous viendrait-il à l'esprit d'enduire de goudron, le corps de votre propre mère ?"... (Ph.Dondon)

"Creuser et saigner la Terre avec toute sorte d'engins pour en extraire des ressources est homicide : vous viendrait- il à l'idée de taillader avec un couteau le ventre de votre mère ?" (Ph.D. librement adapté du chef indien nez percé smohallah)

"L'homme moderne pourrait réduire sa Production (au sens le plus large) de 20 ou 30 % sans altérer notablement ses conditions de vie." Paul Emile Victor, dans les années 1975...

Il ne reste plus qu'à formuler ce concept du développement à long terme de fàçon un peu plus formelle. Il repose sur 9 principes de base :

  1. Précaution : ne mettre en oeuvre une décision qu'après avoir évaluer risques potentiels et s'être assurer qu'ils étaient parfaitement maitrisés...
  2. Prévention : prévenir plutôt que guérir, cela n'est pas nouveau mais doit devenir systématique.
  3. Participation : impliquer un maximum d'acteurs dans un projet quelconque aide la détection des risques et à leur préventions.
  4. Responsabilité : réparer les dégradations et s'assurer qu'elles serviront de leçon.
  5. Solidarité dans l'espace : réduire les inégalités entre territoires et entre individus
  6. Solidarité dans le temps : léguer à nos enfants un monde vivant et vivable
  7. Transversalité : travailler ensemble pour mieux avancer
  8. Subsidiarité : traiter les problèmes au plus près des réalités du terrain
  9. Réversibilité : une réalisation n'est jamais définitive. Elle peut modifiée et repensée.

Il devrait résulter de ces principes une réduction des prélèvements sur les ressources naturelles minérales végétales et animales et une mutation progressive des métiers de la Production vers ceux du Service, de l'Entretien (afin d'augmenter la durée de vie de nos produits), de la valorisation et du retraitement des déchets. Eviter l'épuisement des ressources deviendrait alors possible. Cependant, cette stratégie se heurte aux principes érigés par notre société de consommation depuis des années. Une approche globale avec les acteurs économiques, politiques, collectivités est donc nécessaire pour infléchir petit à petit ce mode de pensée et de vie pour le bien de tous.


  • Les enjeux économiques et sanitaires

Evidemment, cela n'est pas gagné : la surexploitation des océans, les catastrophes nucléaires, chimiques, les OGM, donnent tous les jours des exemples qui vont à l'encontre de ces principes. Par ailleurs, les démarches politiques (conférences de Rio et de Kyoto) n'ont pour l'instant pas réussi à dépasser les intérêts économiques court terme pour proposer une action globale et concertée. Mais une fois encore, nous n'avons pas le choix. Malgré les obstacles, il faut sans retenue ni état d'âme poursuivre les efforts pour valoriser et maintenir ce patrimoine commun qu'est notre Planète.

La situation, bien que complexe, devra évoluer de gré ou de force (pour reprendre les termes de N. Hulot) : Car si un taux de croissance positif est une bonne nouvelle d'un point de vue économique, c'est une catastrophe pour la planète... Cela amène à réfléchir à la notion de croissance et de richesse : Changer notre perception de la richesse et revenir à"la vie simple" serait bien utile : Si la richesse d'un pays (et du monde) se mesurerait en qualité de l'air que l'on respire, en qualité de notre environnement - notre seul patrimoine commun à toute l'humanité ? Et non, en réserves d'or ou en taux d' équipement des ménages en biens de consommation...

La fonte des glaces suite au réchauffement climatique est presque anecdotique. Ses conséquences sont ailleurs : Faudra t il attendre la réapparition de maladies parasitaires (paludisme et autre) sous nos lattitudes, le développement des allergies, asthmes et cancer pour enfin comprendre tout les méfaits engendrés ? ( TEXTE hélas prémonitoire ; septembre 2010, soit 9 ans après l'écriture de cette page, premiers cas de chicungunya et de dengue non importés dans le Sud Est de la France), Faudra- t il attendre le passage de cyclones dévasteurs et de crues incontrolables ? La destruction des espèces végétales et animales, sources de tous nos médicaments, ne nous permettra plus de trouver de nouveaux remèdes... En citant N. Hulot : "La planète est plus petite qu'on ne le pense et les ressources ne sont pas infinies"

Il est grand temps de retrouver simplicité et humilité : Trop longtemps l'homme a cru pouvoir vivre à côté de la nature. Tous les jours, nous devrions rendre gloire à la "Pachamama"(la terre mère inca) qui nous nourrit et nous fait vivre. Il est tant de replacer l'homme à sa juste place dans la chaine du vivant. En 1975, au moment du premeir choc pétrolier et encore adolescent, je me rappelle m'être posé la question de la fin du pétrole. Mais il m'a fallu des années de maturation pour comprendre et commencer à changer. Comme N.Hulot, j'ai eu la chance de prendre conscience pleinement de cela en campant en pleine brousse près de l'Okavango en 1998 : Un écosystème magnifique mais ô combien fragile et vulnérable.Et puis la fine de toile de tente est une protection bien faible face aux lions, hyènes et autres éléphants ! Et nulle réalisation humaine ne pourra égaler en beauté et en perfection, les constructions sublimes de la nature : Les chutes Victoria en sont un exemple extraordinaire : comment ne pas se sentir petit, tout petit, (et donc à sa juste place) émerveillé comme un enfant, devant un tel spectacle de la nature.

Par inconscience ou cupidité, nous détruisons, nous polluons sans laisser la moindre chance d'auto regénération aux forêts et aux océans ! "Que les abeilles viennent à disparaitre et la fin de l'homme ne sera pas loin" disait Einstein...

A chacun de nous d'agir dès maintenant, ou bien...


  • La position de l'ingénieur par rapport au Développement durable

Homme de science et de culture, cadre dirigeant en entreprise, voire homme politique, l'ingénieur doit montrer l'exemple. Sa connaissance, son savoir technique, allié à un bon sens (normalement inné) sont des atouts majeurs.

Ils lui permettent de convaincre son entourage du bien fondé et de la nécessité du développement durable tant sur le plan qualitatif et affectif que quantitatif et scientifique.

Ils lui permettent de diffuser le plus largement possible l'information, de propager la connaissance pour faciliter l'évolution vers le concept de développement durable.

Ils lui permettent de faire "pression" pour qu'une décision soit prise dans le respect du concept. Même si l'on touche là au débat du difficile équilibre entre le politique et le scientifique, l'intérêt de la Planète Terre doit devenir prépondérant.

Qui, mieux que les ingénieurs pourraient être les moteurs de cette évolution indispensable ?


  • Le Développement durable au quotidien

En tant que simple individu (citoyen devrais je dire) que puis je faire ? Et bien, savez vous que :

  • Vous pouvez vous laver avec 10 litres par jour : prenez une douche courte au lieu d'un bain et pensez que vous avez beaucoup de chance de voir l'eau couler d'un robinet. (Si vous n'êtes pas persuadés, allez faire un tour dans le désert Africain par exemple, et vous comprendrez la valeur vraie de l'eau !)
  • En diminuant l'usage de liquide vaisselle et autres nettoyants chimiques (riches en tensio actif), vous faites des poissons plus heureux, des pêcheurs satisfaits, des consommateurs (que nous sommes tous) comblés par des poissons au vrai gout de poisson...
  • L'ensemble de tous les systèmes électriques en veille (téléviseur, téléphone etc) d'une maison représente une sur-consommation qui peut atteindre 10% !(source greenpeace).
  • En utilisant pour l'éclairage des lampes à LED, en se chauffant en hiver à 18°C au lieu de 19 ou 20°C, l'on pourrait se passer d'une ou deux centrales nucléaires en France !
  • En remplaçant vos vitres ordinaires par des doubles vitrages 4/16/4 ITR, toute chose étant égale par ailleurs, vous gagnez entre 0,5 et 1degré sur la température ambiante de votre logement.Et c'est encore mieux avec les triple vitrages...
  • Les déchets retraités par le procédé de torche Plasma permet de fabriquer des "briques compactes" utilisables dans la construction des routes en lieu et place des pierres extraites de carrières. Alors triez vos déchets...
  • Q'un boeuf peut nourrir 1500 personnes mais que les céréales nécessaires à l'élevage de ce boeuf pourraient nourrir 15000 personnes ! Alors manger moins souvent de la viande rouge et plus souvent des céréales... D'autant que nos sympathiques ruminants sont parmi les plus gros producteurs de méthane, gaz qui contribue notoirement à l'effet de serre.
  • Qu'en achetant des produits étiquetés "commerce équitable" vous participez directement et sainement à l'amélioration du niveau de vie des pays émergents ! et que vous contribuer entre autre, à lutte contre les économies parallèles...
  • Que les Africains récupèrent les pneus de voitures pour fabriquer des chaussures...et les boites de conserve pour faire des bijoux...Et nous ?
  • Que 20% des trajets urbains en voiture ont une longueur inférieure à 2 km. Alors marchez à pied ou prenez le vélo à chaque fois que vous le pouvez...
  • Que la climatisation de votre voiture fonctionne comme une pompe à chaleur : elle refroidi certes l'habitacle mais réchauffe l'extérieur. De plus vous consommez près d'1/2 litre de plus au 100km : Double impact sur l'effet de serre. Alors n'abusez pas de la clim...
  • Qu'un misérable papier toilette jeté dans le désert mettra 2 à 3 ans pour se détruire... Qu'une bouteille plastique résistera plusieurs centaines d'années. Allez voir du côté de la frontière Maroc Mauritanie, le spectacle est édifiant. Alors ne jeter plus vos déchets n'importe comment et n'importe où. Vos enfants vous en seront reconnaissants...

Et tant d'autres exemples mais rappelez vous , si parfois vous doutez de l'intérêt de votre modeste action, elle est certes une goutte d'eau mais c'est avec des gouttes d'eau que l'on forme les océans. Le changement ne peut se faire qu'en commençant par soi même.


  • Pour ceux qui doutent de l’intérêt des panneaux solaires et des éoliennes

Depuis l'avènement de notre société de consommation, nous utilisons l'énergie pour fabriquer et produire des objets qui eux même consomment de l'énergie (voiture, machine à laver etc). Certes, il faut aussi de l’énergie pour fabriquer des panneaux solaires et éoliennes.  Et c’est un des reproches des détracteurs. Mais, toutes choses étant égales par ailleurs, ne vaut-il mieux pas fabriquer des objets qui produisent de l’énergie plutôt que des objets qui en consomment ?  Notre industrie a les moyens  matériels et humains pour le faire. Il suffit d’une forte incitation fiscale et de légiférer pour obliger les panneaux solaires sur tous les toits et terrasses,  les isolations renforcées, en complément des normes HQE.

Evidemment, on pourra toujours dire que, même si toute la France était couverte de panneaux, cela ne suffirait pas à couvrir nos besoins énergétiques. D'où la nécessité d’adapter notre consommation  à ce que l’on pourra produire… pour le bien de nos enfants.

Quand à l'esthétique,et au rapport bénéfice/risque, à choisir entre éoliennes et centrale nucléaire (cf accident de 1957 en URSS, Three miles island 1979, Tchernobyl 1984, et Fukushima 2011), le bon sens voudrait que....


  • Pour ouvrir les yeux, quatre films particulièrement édifiants et complémentaires

le Cauchemar de Darwin de Hubert Sauper

Le syndrome du titanic de N Hulot et Le Lièvre

Une vérité qui dérange de Al Gore

Home de Yann Arhus Bertrand


Introduire le développement durable dans l'enseignement...

En commençant avec humilité, voici un texte de TP proposé à nos étudiants en 2006 avec l'aide de la société H-Tec, et l'appui bibliographique des 'Techniques de l'ingénieur" :

Un TP sur le panneau solaire et la pile à combustible

Mais renseignez vous, partout de nombreux travaux ont déjà été engagés en Eolien et Solaire par les lycées techniques de St Malo, de Tarbes et d'autres établissements ... Les intiatives des uns et des autres formeront un jour, je l'espère, une grand fleuve....

Et puis un autre projet commencé 2011, sans aucun soutien, dont la première tranche est terminée, et qui va se poursuivre... en espérant que l'on ne fasse plus d' électronique pour l'électronique, mais de l'électronique pour le développement durable. (petit pas par petit pas.)

Maquette écologique (en cours de réalisation...)

 

retour page accueil